LE FESTIVAL

ÉDITO

Mémoire et continuité

Après l’expo Bowie en 2018 ou le Grand Barouf l’an dernier, cette 44e édition du Rhino Jazz(s) Festival sera à nouveau marquée par un événement iconographique spécifique avec l’expo exceptionnelle d’une centaine de clichés signés Pierre Terrasson, incontournable photographe des stars et témoin privilégié de l’histoire de la musique des années 1980 à nos jours. Intitulée In Music, Photo Story, elle se tiendra durant toute la durée du festival à la galerie Ceysson-Bénétière à Saint-Étienne où auront lieu en parallèle quelques concerts donnés en écho aux images. Une façon d’honorer un passé pas si lointain, en gardant en mémoire les influences qui nourrissent les artistes d’aujourd’hui et de demain, comme encore les frères Belmondo qui revisitent les thèmes de Miles Davis pour le film Ascenseur pour l’Échafaud et quelques B. O. cultes des années mythiques où le jazz est venu ambiancer le cinéma.Une mémoire servant de transmission (Oraison Quartet avec Raphaël Imbert) et assurant la continuité de la création musicale pour un festival qui n’oublie pas ses fondamentaux ni les points forts récurrents qui marquent son identité au fil du temps.Créations et rencontres inattendues (L’Oiseau de Feu avec Lionel Martin), omniprésence de grandes voix féminines avec les saisissantes découvertes de Kaz Hawkins et de Julia Biel, mais aussi celles de Célia Kameni, d’Ana Carla Maza, de Laurène Pierre-Magnani (A Polylogue from Sila), Ciara Thompson (The Buttskakers) ou Kissia San (The Excitements) sans oublier les polyphonies des dames de La Mossa ou les mutines Glossy Sisters.
Dans une édition particulièrement kaléïdoscopique où s’entrechoquent jazz contemporain (Shaï Maestro, NoSax Noclar, Possible(s)Quartet), soul-groove rétro-futuriste (Laurent Bardainne & Tigre d’Eau Douce), swing rock (Cat &the Mint, Yellbows), funk (Old School Funky Family) nu-soul electro (A Polylogue from Syla), manoucheries (Hono Winterstein Trio, Minor Sing) et autres légendes du blues (Otis Taylor, Big Daddy Wilson), sans oublier quelques foudroyantes découvertes (2 Birds Band, Rum Buffalo, Crimi), où l’on voyagera également du Brésil à Cuba en passant par l’Afrique, le Rhino réinvite cette année divers artistes qui ont déjà marqué leur passage et qui nous reviennent présenter de nouveaux projets.Toujours une histoire de mémoire, de transmission, et de continuité…

Michel Clavel
Rédacteur du Rhino Jazz(s) Magazine

CARTE DES CONCERTS

ÉQUIPE

Ludovic Paulet-Chazalon : Directeur artistique

Sidonie Mazoyer : Production – Administration

Monique Dupont : Relations publiques

Marie-Claude Nouy et Paul Mouterde : Médias nationaux (MY MUSIC ENTREPRISE)

Amélie Chabanis : Médias régionaux

Delphine Basquin : Billetterie

André Moumard : Régie générale son

Jules Bador : Régie générale lumière

Jérôme Dufêtre : Infographiste (LivresEMCC-JDidées)

Michel Clavel : Rédacteur du magazine

17a7 : Réseaux sociaux

Antonin Grayel, Rémi Morelle : Assistant de production

Roman Peyrachon, Jean-Michel Bouteille, Olivier Durry, Thibault Homeyer, Claire Herouard, Yoann Revolo, Jean-Pierre Sudrie, Zacharie Volle : Techniciens son et lumière

Conseil d’administration : Jean-Paul Chazalon : Président, Christophe Merle : Trésorier , Simone Ballaguy : Secrétaire, Gérard Ducarre et Jean-Louis Seneclauze

Bénévoles : Michel Baumas, Christine Bernard, Patricia Bonnard, Serge Bonin, Michel Dalibard, Bruno et Viviane Dombey, Gérard Kekayas, Éliane Liotard, Philippe Mallet, Vincent et Josiane Martorana, Anne Maussier, Jean-Louis Peillon, Michel Perez, Béatrice Pistone, Jean-Paul Rey, Agnès Rollet, Gilbert Romeyer, Pascal Roziak, David Subit… et tous ceux qui, ponctuellement, nous apportent un indispensable soutien.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le festival ou vous inscrire à notre newsletter…