CINDY POOCH

Mardi 8 octobre
20 h 00

SORBIERS
L’Échappé

Prix : 15,00 / 20,00 €

Un troublant vertige sonore

Figure de la scène lyonnaise, connue notamment comme chanteuse au sein des  collectifs créoles Ti’Kaniki (maloya réunionnais) et An’ Pagay (musique mauricienne) mais aussi pour ses jams en invitée de nombreux groupes soul-groove-electro, Cindy Pooch se révèle de façon inattendue et très originale là où on ne l’attendait pas. Née en France mais ayant grandi à Yaoundé, la franco-camerounaise revenue à Lyon pour des études littéraires nous surprend avec son premier album où cette chanteuse autodidacte s’affirme musicienne et compositrice. Paru l’an dernier sur le label défricheur InFiné, In Nomine Corpus est réalisé par le guitariste Sébastien Martel, designer sonore réputé d’Alain Chamfort à M, d’Albin de la Simone à l’étonnante Camille à laquelle on pense, comme aussi à Björk à l’écoute de ces douze plages à l’esthétique minimaliste très épurée. Des chansons expérimentales où Cindy revendique une musique libre, intuitive et atmosphérique, mais aussi toute la délicatesse de ses vocalises et de ses sentiments profondément humains. Initiée au chant polyphonique  par le gospel, puis passionnée par la pulsation polyrythmique du maloya qui transporte par effet magique le corps et l’esprit, celle qui s’inspire à la fois d’une Colette Magny, d’un Daniel Waro ou de Sally Nyolo se retrouve pleinement dans ce type d’hybridation stupéfiante qui relie tradition et modernité. Un métissage entre machines et programmations organiques assez avant-gardiste, où les harmonies vocales, tel un gospel futuriste, sont portées par un mélange de folk, pop,electro-soul et trip-hop où la flamboyante artiste casse les codes. Lenteur voluptueuse, mélancolie enivrante, les textures sonores toutes en clair-obscur tissées par la guitare de Sébastien Martel et le violoncelle d’Audrey Podrini (Camille Thouvenot, Zaza Desiderio, Vincent Perier…) habillent avec élégance et légèreté les nuances vocales puissantes et prégnantes de la chanteuse. Un voyage introspectif, intimiste et spirituel, vers un univers onirique lumineux, troublant jusqu’au vertige.

CINDY POOCH : chant – AUDREY PODRINI : violoncelle – SÉBASTIEN MARTEL : guitare

La page du magazine à télécharger ici